Dieux & mythes nordiques PDF

Bien que, encore une fois, je ne suis pas sûr si cela crée un appétit pour plus que cela laisse l’auditeur avec un.


Les poèmes mythologiques et héroïques, la version en prose de Snorri Sturluson (le plus grand écrivain et mythographe islandais du Moyen-Age, 1178-1241) de l’Edda sont les sources littéraires de cette étude mythologique. Chaque dieu est présenté avec ses attributs et ses fonctions à la faveur des textes qui le concernent et des mythes qui s’y rattachent sans faire l’impasse sur les incertitudes et les doutes de la recherche passée et actuelle. S’étendant sur 2 500 ans et sur un espace vivifié par les Vikings qui va du Groenland à Constantinople, du Nord de la Suède à Gibraltar, ce corpus de croyances païennes offre naturellement de singulières distorsions et présente cependant de confondantes continuités thématiques. A l’aide de l’archéologie, l’histoire, la littérature, l’onomastique et la linguistique, entre autres sciences, cet ouvrage fait non seulement le point sur les connaissances actuelles, mais encore bat en brèche certaines interprétations traditionnelles qui voudraient privilégier le côté martial alors que la civilisation où s’est développée cette mythologie a pour trait fondamental la troisième fonction dumézilienne.

Les Islandais sont restés païens jusqu’en l’an 999 ou 1000. Quatre jeunes dieux seront alors, et ils apprendront de Gimle, un paradis qui est au-dessus d’Asgard. Mare Loki est tombée enceinte de l’étalon, puis a donné naissance à un cheval à huit pattes appelé Slepnir.-}