Contes et nouveaux contes de la montagne PDF

Dans ses discours, Perley Ayer a défié ses auditoires pour réaliser leur potentiel.


Chacun de ces  » contes « , en quelques pages, contient à la fois une part de réalité et une soif d’absolu. On perçoit sans cesse des courants souterrains entre la nouvelle, cette longueur de prédilection de Miguel Torga, le champion du  » lapidaire  » selon le titre qu’il a donné à un de ses recueils, et le reste de
l’œuvre : quelques observations dans le Journal, des thèmes qui reviennent sous toutes les formes possibles, transfigurés par la puissance d’évocation des images, une écriture dont la concision à la limite de la sécheresse débouche sur l’émotion. (Nicole Zand, Le Monde.)
La contradiction, douloureuse sans doute sur le plan existentiel, va féconder l’œuvre, déchirée entre une recherche constante d’enracinement et la crainte de s’enterrer, de perdre une conscience du monde tellurique, unique. (Antoine de Gaudemar, Libération.)
Pour l’impardonnable distrait qui ignorerait encore Torga, voici la bonne façon d’aborder une œuvre vaste, diversifiée, mais à la cohérence de granit. (Jean-Marie Planes, Sud-ouest dimanche.)
Il y a une force archaïque, une santé revêche, un sens de l’homme, une acceptation de ses défauts, de ses espoirs,
quelque chose de l’esprit pionnier chez ce médecin du fin fond de la péninsule, chez ce paysan arc-bouté entre le chêne-liège et
la bruyère à l’odeur de maquis, qui en font un immense écrivain. (Manuel Carcassonne, Le Figaro.)
Miguel Torga est devenu classique de son vivant, en raison de la portée, de la diversité et de l’originalité de son œuvre, à l’image de l’un de ses aphorismes :  » L’universel, c’est le local moins les murs « . (Claire Cayron.)

Les «femelles» se sont mal mariées, surtout aux hommes qui les ont frappées. « C’est ce qui se passe », dit-il, un fait indéniable de la vie comme le fait qu’il sait qu’il vieillit. Deux de ces montagnes (Ngauruhoe est géologiquement juste une ramification de Tongariro) font partie d’un morceau classique de la mythologie maorie, ce qui explique pourquoi Taranaki est si loin du plateau volcanique principal, ruminer comme il le fait au centre d’une plaine autrement plate , entouré de vagues et de plages de sable noir. Tout le contenu est sous licence Creative Commons-Share Alike.-}